• Petite démonstration d’impuissance acquise

    Depuis quelque temps, et je m’en réjouis, un certain nombre de blogs comme ceux de notre entourage (Flore, Chloé, Chris, Jeff et moi-même) ainsi que celui de Gaïa parlent de sujets qui se recoupent, interpellent sur notre époque actuelle que je qualifie de décadente où beaucoup sont perdu(e)s ou se refusent à voir...

    Nous sommes dans un monde où le superficiel, les futilités règnent pour nous berner, nous donner l'illusion (Fausse démocratie où chaque jour nous sommes de plus en plus espionner, contrôler...) que nous agissons alors que nous subissons (esclavage des temps modernes), nous leurrer, nous endormir, nous amuser comme on donne aux chiens chiens des os à ronger; les quelques Seigneurs (on parlerait d'env. 3000 ) qui dirigent ce monde se disant : « Au moins pendant que nous les amusons en leur donnant des os à ronger ils ne nous casseront pas les pieds! » Il va être grand temps de prendre tous ces os et de les leur faire bouffer un jour par leurs trous...de nez ! 

    Chimalis m’a transmis un article très intéressant que je vous rapporte ici et dont voici la source :

     

     RÉSEAU INTERNATIONAL

    SITE DE RÉLEXION & DE RÉNFORMATION

     

    Voici la vidéo d’une expérience intéressante qui nous aide à mieux comprendre comment la résignation peut être inculquée à une population. On y voit une psychologue (Charisse Nixon) qui réussit à provoquer dans sa classe, à travers l’angoisse et la frustration, un état de résignation et d’impuissance, le tout en moins de 5 minutes.

    Il ressort de ce type d’expérience que dans des conditions de frustration ou d’angoisse permanente, l’être humain tend à se résigner et à considérer comme insurmontables des difficultés même légères.

    En pratique, la répétition de l’échec amène l’être humain à penser de manière pessimiste et à se croire incapable de résoudre un problème, du coup il abandonne et le résultat est un échec complet.

     Si l’on pense seulement un instant au bombardement médiatique auquel nous sommes soumis en permanence, il n’est pas difficile de comprendre de quelle manière ces études sont utilisées et qui les manie à son avantage… En soumettant une personne à un sentiment d’angoisse et de frustration constant, on peut l’induire à penser qu’il n’y a rien à faire, que rien ne peut changer sa propre condition, et l’amener ainsi à un état d’apathie où il supportera n’importe quel méfait. À l’inverse, comprendre comment ces mécanismes fonctionnent permet de savoir comment réagir de manière positive à l’adversité. Certains disaient par le passé que lire pendant 15 minutes un magazine de mode fait baisser le taux d’estime pour soi d’environ 30 %, mais aujourd’hui, la guerre contre l’estime de soi s’étend sur tous les fronts : radios, télés, journaux, publicités partout dans les rues, sur Internet et sur les réseaux sociaux qui te suivent où que tu ailles. Imaginez ce que peut provoquer de s’entendre dire tout au long de son existence que quelque chose ne va pas dans votre vie, que votre voiture est vieille, que votre garde-robe est démodée, que vos dents ne scintillent pas, que vous avez de la cellulite, etc. Autrement dit, à travers la frustration, l’estime de soi plonge sous le niveau zéro et la voie est alors ouverte pour faire accepter avec résignation et apathie n’importe quelle solution qui en général, sera proposée par ceux-là mêmes qui sont à l’origine du problème.

    Pour conclure, je reprendrai les propos de Clémentine :

    « La vraie analyse qui ressort de tout ça c’est combien les gens sont influençables quand ils prennent pour argent comptant ce qu’on leur dit sans effectuer un effort d’analyse personnelle. »

    Qu’elle a raison mais combien de ces genres de moutons ?

     

     

     

    « MESSAGE OUVERT AUX ADMINistrateurs Merci Pierre... »
  • Commentaires

    1
    Dimanche 12 Avril 2015 à 00:08
    oui c'est tout à fait cela, petite frustration engendre grande névrose. fort de cela, le système scolaire actuel est en plein dans cette logique merdique.Et en tant que parents bien malgré nous, nous cautionnons... En France "l'éducation nationale"(rien que le mot devrait nous faire peur...mais non, en tant qu'esclave, nous supportons tous...lol;..!) ne fabrique plus forcément de la chair à canon, quoi que l'avenir nous le dira? Mais sur de la chair pour usines à fabrication d'objets à détenir....

    Amicalement
    jeff
    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Vous devez être connecté pour commenter